slider01 slider02 slider03 slider04 slider05
Vous êtes ici : Accueil Culture De l'Information L’éducation familiale, un bien irremplaçable de la société

De l'Information

L’éducation familiale, un bien irremplaçable de la société

La société a donc un double devoir envers toute famille : d’une part, respecter son intimité et, d’autre part, protéger ses membres de préjudices qu’ils y subiraient puisque chacun d’eux est un citoyen. C’est pourquoi, l’autorité parentale peut être retirée, la violence conjugale, condamnée, et l’abus des mineurs, sévèrement réprimé. C’est pourquoi aussi, le respect de l’égale dignité de l’homme et de la femme interdit la polygamie, et l’intérêt supérieur de l’enfant doit toujours y être préservé.

En soutenant la famille, la société se promeut elle-même. Ce soutien prend de multiples aspects. Il concerne en particulier l’éducation parentale. Certes, les parents ont la mission d’éduquer leurs enfants. Mais, cette œuvre, propre aux familles, a besoin d’être davantage estimée et mieux prise en considération. Elle est plus qu’un métier. Elle n’est pas sanctionnée par un diplôme. Elle a besoin d’un soutien qui ne peut se limiter à une aide financière, pourtant indispensable.

L’école est un soutien en accomplissant une œuvre éducative, tout en respectant chaque éducation familiale. Cependant, des équipes éducatives scolaires, soucieuses de la croissance de chaque enfant vers son bonheur, se heurtent parfois à l’inertie éducative de certains parents. Cette inertie a plusieurs causes, dont un travail professionnel, harassant ou disproportionné, qui ne laisse plus de place à l’énergie nécessaire pour l’éducation familiale. Comment faire en sorte que cette belle mission parentale soit moins mise en concurrence avec les engagements professionnels indispensables pour gagner de quoi faire vivre la famille ? Il n’y a vraiment aucune honte pour des parents à prendre du temps pour éduquer leurs enfants ! Encore faut-il qu’ils en aient les moyens !

Extrait de la conférence de carême par Mgr Pierre d’Ornellas.
Voir le texte intégral sur le site : www.diocese-paris.net