slider01 slider02 slider03 slider04 slider05
Vous êtes ici : Accueil Notre Paroisse Histoire

ÉgliseEn avril 1919 fut décidée la destruction des fortifications qui entouraient Paris, notamment à la limite du quartier de Vaugirard et de la commune de Vanves. A la suite de la disparition des vieilles murailles d'enceinte, le Conseil Supérieur de l'Aménagement lança en 1932 un plan d'aménagement de la Région Parisienne avec la construction de 40 000 logements.

 

Dans les années 20, l'abbé Mortier, curé de la Chapelle St François d'Assise à Vanves, venait visiter les familles de ce coin des « fortifs » appelé aussi la zone. Mais la chapelle devient rapidement trop petite. Le Cardinal Verdier décida , grâce aux Chantiers du Cardinal, de bâtir une église de style francisain, analogue à celle de Vanves, sur les plans de Léon Azéma, "réalisateur" audacieux et discuté du Palais de Chaillot.

 

La première pierre d'une nouvelle paroisse consacrée à St Antoine de Padoue, disciple de St François, fut posée le 11 Juin 1933 (53è Chantier) à la Porte de Plaisance. La bénédiction du sanctuaire eut lieu le 29 Septembre 1935, ainsi que l'installation du 1" curé, l'Abbé Mortier.Le plan intérieur est celui des basiliques. Le choeur est dominé par une fresque, exécutée par le peintre Jean Bernard et inaugurée le 5 juin 1948. Le motif central, vision entourée d'un halo de lumière, représente le Christ expirant. Le soubassement porte une oraison à Saint Antoine.

 

A l'entrée du choeur, Saint François montrant les stigmates et Saint Joseph présentant l'enfant Jésus invitent les fidèles à participer au sacrifice du Christ. Près des portes, Sainte Thérèse de Lisieux et Saint Antoine rappellent la vocation missionnaire de tout chrétien.

 

A l'extérieur, une flèche de 46 m, flanquée, aux quatre points cardinaux, des statues de Saint François et Sainte Claire, Saint Louis et Sainte Elisabeth, domine l'ensemble de la construction. Trois cloches furent bénies le 27 novembre 1938, Antoinette-Roberte (650kg) donne le Fa, Marie-Thérèse (475kg) donne le sol et Claudine (325 kg) donne le La. Le 13 juin de chaque année, fète du saint patron est l'occasion d'un grand rassemblement.

Le plan est celui des anciennes basiliques : une nef centrale prolongée par le chœur, deux allées latérales conduisant chacune à une chapelle, quatre paires de piliers carrés séparent l'église en cinq travées.
Les voûtes en arc brisé évoquent le XIIIè siècle qui fut celui de Saint Antoine.
Les belles statues des saints sont l'œuvre des mêmes sculpteurs que celles du clocher. Les bas- reliefs en pierre du Chemin de Croix également.

 

1) La Peinture au Fond du ChœurLa peinture du fond du chœur est l'œuvre de Jean Bernard (1908-1994). Cet ensemble, peint sur toile marouflée, a été inauguré en 1948.

 

Le Christ en croix est entouré de Marie, sa mère (à g.), de St Jean (à dr.) et de Marie-Madeleine (au pied de la croix).
St François d'Assise est représenté en orant à gauche, entouré de franciscains du XIIIè s., comme les théologiens St Bonaventure et Jean Duns Scott. A droite, St Antoine de Padoue tient par la main l'Enfant Jésus. Derrière lui, quatre martyrs franciscains, dont André Bauer, mort en Chine en -1900, béatifié en 1946 et canonisé en 2000 avec les 120 martyrs de Chine (il tient une palme à la main).

 

Façade de l'égliseL'église St Antoine de Padoue est l'œuvre de l'architecte Léon Azéma, 1er Grand Prix de Rome en 1921. L'entreprise Marcel Chérioux fut chargée de la construction : une ossature en béton armé, avec un remplissage et un revêtement en briques rouges.

 

La façade est constituée au centre d'un clocher-porche haut de 46 mètres, surmonté d'une croix en ciment. Quatre statues de 4m55 de hauteur entourent le haut du clocher: elles représentent des saints de spiritualité franciscaine :
- Saint François d'Assise et Sainte Claire (deux religieux)
- Saint Louis et Sainte Elisabeth de Hongrie (deux souverains).
Ces statues sont l'œuvre des sculpteurs Raymond Delamare et Jean-Elie Vézien, grands Prix de Rome.
Les trois portes en arc brisé sont constituées de lames de teck de Bangkok montées sur une armature de fer, réalisées par l'entreprise Toulouse Frères.

 

 

L'église est aussi caractérisée par des « claustra », ouvertures en dalle de pierre ajourées en usage dans les premières basiliques chrétiennes. Ici le béton a remplacé la pierre, et les ouvertures sont garnies de verres épais colorés.
Les claustra du clocher forment un « puits de lumière » au dessus de la tribune de l'orgue, à l'intérieur de l'église.

 

claustra-1.thumb claustra-3.thumb claustra-2.thumb

 

Un nouvel orgue pour la gloire de Dieu

L’orgue de Saint-Antoine de Padoue a été construit il y a cent ans pour la salle des concerts Touche, Boulevard de Strasbourg à Paris, par Charles Mutin, et a été harmonisé par Jean Perroux. Déplacé à l’église Saint-Dominique (14è), puis installé à Saint-Antoine de Padoue juste après la seconde guerre mondiale, il a été séparé en deux parties, a perdu son buffet et sa transmission mécanique, pour devenir électro-pneumatique. Il était avant 2005 à bout de souffle.

 

Jean Verdier

(1864 - 1940)
Cardinal archevêque de Paris
 

Ordonné prêtre en 1887, il devient archevêque de Paris et cardinal en 1929 (Pape Pie XI).

 

En 1927, il est marqué par le livre du père Lhaude : "Le Christ dans les banlieues". Alors que la population augmente fortement à Paris et autour, le Christ est de moins en moins connu et aimé.

 

Jean Verdier veut alors créer des paroisses à taille humaine et proche des gens pour les inviter à cheminer plus facilement vers Dieu.