slider01 slider02 slider03 slider04 slider05
Vous êtes ici : Accueil Saint-Antoine Histoire Questions sur Saint-Antoine de Padoue

Histoire

Questions sur Saint-Antoine de Padoue

Statue de Saint-Antoine de Padoue

Les réferences à ce Saint sont très nombreuses comme "le Saint des objets perdus".
En voici les origines.

 

 


 

Statue de Saint-Antoine de Padoue

Pourquoi le Saint des objets perdus ?
A cause d'un épisode de la vie du saint. En 1224, au début de son séjour en France, Antoine séjourne à Montpellier, où il prêche et enseigne la théologie à l'Université, mettant au point ses « commentaires sur les psaumes ».
Un soir, rentrant dans sa cellule, il ne trouve plus son précieux manuscrit. Il se met alors en prière. Et voilà que le lendemain matin un novice, qui venait de quitter l'Ordre, revient tout penaud avec le psautier et demande à Antoine son pardon. C'était lui le voleur ; il comptait le vendre à bon prix mais au moment de franchir le pont, le diable en personne lui aurait barré la route et l'aurait menacé de le précipiter à l'eau s'il ne courait pas restituer à Antoine son larcin !

 

Pourquoi Antoine tient-il toujours un lys à la main ?
A cause de l'innocence et de la pureté de sa vie, la blancheur du lys étant symbole par excellence de pureté, de candeur et de vertu.

 

Pourquoi l'Enfant Jésus dans les bras d'Antoine ?
C'était vers la fin de sa vie, en 1231, au petit ermitage franciscain de Camposanpietro près de Padoue, sur les terres d'un ami tertiaire, le comte Tiso.
Antoine, très oppressé et ne pouvant dormir, lit et relit l'Écriture Sainte. Or, une nuit que le comte Tiso lui non plus ne peut dormir et parcourt son parc, il aperçoit une vive clarté par la fenêtre de la cellule.
Il s'approche et voit Antoine assis au bord de son lit, le grand livre ouvert sur ses genoux. Et sur le livre se tient un bambin des plus mignons qui se pend à son cou et le couvre de baisers comme s'il était son père.
Et Antoine extasié le lui rend bien. Antoine fit promettre au comte de n'en rien rapporter avant sa mort, mais lui confirma qu'il s'agissait bien de l'Enfant Jésus.